Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 22:43

Faites l’Amap, pas la guerre

 

Quand on en a marre...
de manger des légumes sans goût, poussés à coup d'agrochimie, ou des poulets élevés aux antibiotiques,
d'aller faire ses courses dans un supermarché,
d'encourager un modèle agroalimentaire qui programme la fin des paysans et de l'agriculture à visage humain,
de subir les décisions politiques en matière agricole,

 

… la solution la plus radicale consiste à cultiver son jardin, élever ses poules et ses brebis, et fabriquer son fromage. Encore faut-il en avoir l’envie, le temps et l’espace. Quand on habite en ville, ce n’est même pas la peine d’y penser. Et puis, tout le monde n’est pas un paysan dans l’âme...

 

Heureusement, il existe d’autres alternatives. Notamment l’Amap qui permet d’avoir de bons produits, de se passer de la grande distribution, de soutenir les paysans. Bref, de reprendre le contrôle sur notre carburant le plus vital. Pas le pétrole, mais notre nourriture.

 

Souvent, on adhère d’abord à une Amap pour avoir de bons légumes, souvent aussi pour qu’ils soient bio. De ce côté-là, on est bien chanceux avec Benoît qui est un vrai as du maraîchage et qui est labellisé AB.

 

Il ne faut cependant pas vouloir manger des fraises en hiver et des poireaux au mois d’août. On ne consomme plus que des produits de saison. Et c’est un vrai bonheur d’attendre la prochaine distribution pour savoir ce que notre panier nous apportera, c’est un peu comme comme si c’était Noël tous les samedis ! En général, les amis des Amapiens sont ravis d’être invités à dîner chez eux : c’est l’assurance de découvrir des saveurs inédites et authentiques. Car, en général, les Amapiens sont des épicuriens et ça se sait très vite !

 

Et puis, grâce à ce panier donc on ne choisit pas la composition, on est invité à goûter des légumes qu’on n’aurait pas  pensé ou osé acheter, ou qu’on n’aurait pas trouvés sur un marché classique ou au supermarché (panais, patidou, pâtisson, ou des légumes plus courants mais qu’on n’a pas l’habitude de cuisiner).  

 

Souvent, l’Amap ne concerne pas que les légumes. Nous sommes particulièrement chanceux puisqu’en plus d’avoir une grande diversité de légumes de qualité, nous avons conclu des partenariats avec Jibé qui fournit à ceux qui le souhaitent œufs et volailles, Laurence la chevrière qui nous livre en fromage et en faisselle, Henry en pommes et en cidre, Sabrina et Gilles en farine et en pain. On peut ainsi être quasiment autonomes par rapport à la grande distribution.

 

Mais faire partie d’une Amap, ce n’est pas seulement s’approvisionner de façon originale en produits de qualité, c’est également connaître celui qui les produit. Cela suppose de lui donner un petit coup de main lors d’ateliers- découverte. Ainsi, on prend conscience du travail et des contraintes que ce métier représente et donc de sa valeur réelle.

 

C’est aussi un peu de temps à y consacrer. En effet, il n’y a ni manutentionnaire, ni caissière, ni chef de rayon. Il faut donc mettre la main à la pâte : assurer une permanence de temps en temps pour les distributions hebdomadaires, s’occuper de collecter l’argent des souscriptions, entretenir les relations avec les paysans et participer à toutes sortes d’activités comme elles se pratiquent dans n’importe quelle association. Et comme dans tout groupe, il y a ceux qui s’y consacrent presque entièrement et ceux qui s’engagent mais en accomplissant le minimum requis, voire moins.

 

L’Amap permet aussi de recréer du lien social, notamment dans les milieux urbains. On choisit généralement l’Amap de son quartier et ce sont donc des voisins qu’on y croise chaque semaine et qu’on croise ensuite souvent par hasard dans la rue. On noue aussi des relations avec des structures associatives, sociales ou culturelles qui accueillent les distributions (jardins partagés, centres d’animation municipaux, squats artistiques, cafés engagés). L’Amap joue aussi un rôle pédagogique car les curieux sont nombreux à vouloir comprendre ce qui se passe lorsque nous nous retrouvons pour la distribution. On explique alors le projet, son fonctionnement et ses objectifs, ce qui peut faire naître une prise de conscience.

 

N’oublions pas qu’adhérer à une Amap représente un engagement solidaire dans la durée puisque l’adhérent signe un contrat de six mois ou d’un an avec le paysan partenaire ainsi qu’une obligation (aménageable) de venir chercher son panier toutes les semaines dans un créneau horaire donné.

 

En résumé, faire partie d’une Amap constitue un acte politique à une échelle humaine tout en étant la source de beaucoup de plaisir (culinaire, social, culturel).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by amap - dans l'Amap
commenter cet article

commentaires

Catherine agaësse-bleuzen 23/01/2011 14:30


Bravo pour votre blog!!!sur lequel j'ai pu apprendre un tas de "trucs" super-intéressants et dégotter pleins de recettes bien appétissantes. Je me retrouve beaucoup dans le descriptif, le ressenti
et le vécu "amapien" de friedliche Fenouil (je suis également très friante de ce légume). Encore bravo et longue vie à votre blog ! Cordialement catherine


herta Alvarez 06/12/2010 12:04


Bonjour,
j'habite le 20Eme et nous avons créé avec 2 amies une association de "circuit court" avec un GIE de normandie, nous existons depuis 4 ans.
Par ailleurs je réalise des documentaires et j'ai décidé d'en faire un sur les amaps et circuit court dans notre quartier, 19 et 20. Cest pourquoi j'aimerai vous rencontrer. Merci de me dire
comment faire.
Cordialement,
herta


amap 06/12/2010 15:41



Bonjour,


Merci de nous contacter par mail via le  formulaire de contact du blog pour que nous puissions vous répondre sans que nos échanges apparaissent publiquement sur le blog.


Cordialement,


Amap



Amanda 12/12/2009 10:50


Bonjour,Je suis étudiante en journalisme et j'ai l'intention d'écrire un article sur les Amaps et les "consom'acteurs", telles que vous. Vos profils m'intéressent particulièrement et j'ai trouvé
beaucoup d'informations sur votre blog (très bien fourni).
Aussi, j'aurais aimé entrer en contact avec vous pour un éventuel entretien. Pourriez-vous me répondre sur mon adresse mail et me communiquer un mail ou un numéro afin que je puisse vous joindre
directement?
Merci d'avance


rosarina bado 27/02/2009 23:36

Bonjour,
Je cherche une bonne recette de tarte à l'échalotte. J'en avais goûté une lorsque nous avions eu notre journée pomme chez Hervé. Tarte faite par une amapienne, mais je n'ai jamais pu avoir la recette. Auriez-vous quelque chose dans votre répertoire de merveilles ? !!!!!
Merci. Rosarina.

amap 28/02/2009 14:48


Bonjour Rosarina,
Si tu fais partie de notre AMAP, tu auras peut-être plus de chances de retrouver cette recette en lançant un appel sur la liste de diffusion. En tous cas, c'est appétissant et à l'occasion je me
mettrai à la recherche d'une bonne recette. A suivre...


Xav 30/11/2008 15:52

Bravo !

Super ce blog qui démarre amapement bien, avec quelques soupçons d'humour et quelques pointes d'infos bien sympas.

(et au retour du salon des vignerons indépendants, hips !, je dois avouer que l'idée d'un guerrier shaolin qui signe un traité "friedliche" au fenouil dans un champs de rose m'a effleurée, faudrait en faire un court métrage psyché !)

amap 03/12/2008 09:46


Merci pour ce commentaire bien stimulant.