Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

  
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 12:11
Un courrier paru le 10 mars dernier dans Libération sous le titre "Le bio sous les roues de la Formule 1" m'a fait prendre conscience d'une réalité peu réjouissante : malgré d'apparents progrès dans la prise en compte de la (plus que) nécessaire protection de l'environnement, les pouvoirs publics continuent à prendre des décisions aberrantes ! En l'occurrence, utiliser des terres d'Ile-de-France (à Flins) pour construire un circuit de Formule 1 plutôt que pour permettre à des producteurs bio de s'installer comme cela avait été décidé dans un premier temps.

Je ne suis pas naïve au point de croire que nos dirigeants ont soudain un sens aigu de l'écologie mais là, en bonne Amapienne, consciente des difficultés que rencontrent les producteurs à trouver des terres agricoles en Ile-de-France, il me semble particulièrement inacceptable de décider de construire un circuit automobile avec tous les facteurs polluants que cela suppose (bonjour le bilan carbone et la promotion de la voiture !) et des retombées économiques plus que douteuses... Ce projet de circuit automobile a soudainement privé trois agriculteurs bio (un céréalier et deux maraîchers) de terrains dont ils avaient déjà signé les baux de location. La raison : préemption du département des Yvelines pour le fameux circuit de Formule 1 !



La demande de partenariats du type Amap est en augmentation constante notamment en région parisienne et ça, c'est une vraie bonne nouvelle. Malheureusement, l'accès au foncier est extrêmement cher en Ile-de-France et il est souvent inenvisageable pour un producteur d'acquérir seul des terres, surtout qu'il faut prévoir un temps de conversion des sols au bio. Et sans terres, pas de production. Mais des solutions existent et chacun peut agir à son échelle comme l'explique très bien la coordination Amap Ile-de-France sur son site : http://amap-idf.org/index.php?option=com_content&task=view&id=541&Itemid=299
Encore faut-il que les collectivités territoriales et l'État choisissent de soutenir une production agricole respectueuse de l'environnement et du consommateur. Et à Flins, ce n'est visiblement pas gagné ! 

Le Collectif Flins sans F1, qui regroupe des associations de riverains et de défense de l'environnement, la coordination Amap Idf, des municipalités etc., s'oppose à ce projet. Pour en savoir plus et soutenir la mobilisation : www.collectif-flinssansf1.org



 

Partager cet article

Repost 0
Published by friedliches Fenouil - dans l'agriculture
commenter cet article

commentaires

hélène 24/03/2009 18:00

Là, je ne te suis pas. Ce circuit de formule 1, c'est la création de 400 emplois, ce n'est pas rien surtout en période de crise.

friedliches Fenouil 26/03/2009 13:18


Bien sûr, je n'ai rien contre la création d'emplois ;-) Mais quand on sait que la F1 est déficitaire et que pour survivre, les circuits ont besoin d'énormes subventions publiques, le bénéfice
semble bien maigre et risqué. Surtout qu'une partie des emplois créés à Flins sera en fait une délocalisation de ceux du circuit de Magny-Cours...